Témoignage ⋅ Zoulikha-Noëlle

Forum en direct - 6 février 2021

Les témoins

Témoignages

À chaque forum, des anciens musulmans viennent témoigner de leur conversion au christianisme.

Tous les témoignages

Zoulikha Noelle est née en Algérie, pendant la colonisation française. Née dans une famille d’intellectuels où la religion musulmane était présente, elle quitte l’Algérie à 13 ans pour la France et y suit des études d’avocat. Dans une quête de Dieu de plusieurs dizaines d’années, entre Islam et christianisme, l’évidence s’impose à elle après un long cheminement. Elle reçoit le baptême 45 ans après une discussion avec un prêtre qui avait remis en cause son souhait de devenir chrétienne alors qu’elle avait 26 ans.

Ma vie en tant que Musulmane

1/ Une tradition familiale

[1 :01] Je suis d'une famille plutôt laïque mais avec une conception malgré tout musulmane de la vie. Un père extrêmement intellectuel, avocat…je suis moi-même devenu avocat.

Enfant, je n'avais pas une pratique de l'islam. C’étaient des us et coutumes, le ramadan… j'étais trop petite pour le faire mais c'était une ritualité que nous aimions beaucoup.

2/ Des questionnements personnels

[03 :23] Il y avait beaucoup de choses aussi dans ma communauté qui m’interrogeaient, notamment […] la relation très très ritualisée, où Dieu n'avait jamais sa place, où l'on parlait beaucoup du prophète.

Je trouvais que ce n'était pas ce qui pouvait être signifiant dans le rapport à Dieu…moi j'avais de plus en plus besoin d'un rapport (à Dieu).

3/ Un constat

[07 :31] J'ai cherché dans l'islam une réponse qui soit [en adéquation] avec mon aspiration profonde de rencontrer Dieu. Alors que je ne pratiquais pas du tout l’islam, j’'ai appris en phonétique les sourates essentielles pour pratiquer et je me suis mise à pratiquer. Le lien que j'avais avec Dieu qui était un lien, un vrai lien, j’avais l'impression qu’il s'était coupé, je me suis sentie totalement asséchée, le sentiment qu’il n’y avait plus rien, que je ne parlais à rien.

[08 :19 ] Un jour je parle à un ami musulman. Je lui dis « tu sais moi j'ai du mal à trouver ce qu’est le vrai islam » … il me dit mais tu sais Zoulikha en fait tu n'es pas musulmane…je me suis dit « mais en fait je suis en train de me mentir depuis 40 ans ».

Ma rencontre avec le Christ

1/ Une autre tradition

[01 :40] Parallèlement j'allais à l'école, j'avais appris qu’il y avait une autre culture, une autre façon de voir le monde et chemin faisant et sans m'en rendre compte, je me sentais beaucoup mieux, davantage moi-même dans ce monde que je qualifierai de chrétien.

[02 :33] J'étais dans le Midi de la France, un pays de très très forte implantation catholique romane, d'une architecture romane qui me plaisait énormément et des Christs et des vierges qui m'éblouissaient mais ça restait profondément artistique.

Malgré tout, j'accompagnais quelques amis à la messe. J'aimais bien, je chantais, je participais d'ailleurs et puis un jour j'ai eu un vraiment envie, parce que c'était une quête personnelle de connaître davantage, de me poser la question,

[03 :58] Dieu pour moi alors c'était le visage christique, c'était Jésus. Mais Jésus en même temps on me disait dans ma religion de naissance : Jésus c'est un prophète

2/ Une rencontre : le voyage à Solesmes et 45 ans de retard

[04 : 15] Puis j'ai transcendé un petit peu tout ça et je suis allée, en 1973, passer un Noël à Solesmes en retraite [chez les] moniales de Sainte Cécile. J'ai rencontré la mère supérieure qui [m’a fait] rencontrer un prêtre qui [allait] partir en Mauritanie et qui [connaissait] très bien l'islam. Il me dit « mais pourquoi voulez-vous quitter l'islam ? Moi j'ai besoin de l'islam car c'est un roc et j'ai besoin du christianisme comme on a besoin d’eau.  Faites votre chemin ! »

[05 :59] Ça m'a un petit peu interloqué mais en même temps je me suis dit peut-être qu'il a raison ; pourquoi choisir, ça s’équivaut, ce qu'il vient de m'expliquer c’est qu'il a besoin des deux pour exister et moi j'ai les deux en moi tant qu’à faire je vais aller suivre cette route où on ne choisit pas, on est bien dans les deux [islam et christianisme] et il s'avère que j'ai mis un petit peu cette recherche entre parenthèses (pendant 45 ans) avant de demander le baptême tout en restant en fait sans que je le sache réellement profondément chrétienne…

 

Ma vie en tant que chrétienne

1/ Une évidence

[09 :03] Depuis 40 ans je [cherchais] quelque chose qui n'existe pas et la chose qui est en moi c'est à dire cet amour infini que j'ai du Christ, je ne voulais pas le regarder, je le cherchais là où il ne fallait pas le chercher.

2/ Boucler la boucle

[09 :18 ] [après cette prise de conscience], je ne savais pas comment rentrer dans le christianisme et je rencontré une sœur à l'accueil [de la chapelle de la rue du Bac] [qui m’a adressée] à la paroisse du quartier.

[10 :26] Avant d'y aller j'ai cherché, ce qu'était devenu le moine que j'avais rencontré qui était parti en Mauritanie. [J’ai trouvé) une prière du père Meniot qui m'a profondément frappé

 Marie, 

En qui nos frères musulmans reconnaissent la mère virginale de Jésus conçu par l’Esprit du Dieu Tout Puissant, 

Toi qu’ils honorent comme choisie par Dieu de préférence à toutes les femmes de l’univers ; 

Mère des hommes et des nations, 

Notre Dame de Mauritanie, nous te confions avec foi, 

Ce pays qui nous accueille avec ses craintes et ses espérances. 

Ne le laisse pas manquer de la lumière de la vraie sagesse, 

Guide-le dans la recherche de liberté et de la justice pour tous. 

Conduis ses pas sur les routes de la paix. 

Donne-nous de lire dans leur soumission au Dieu d’Abraham un appel à davantage d’adoration et de prière. 

Fais que tous et chacun rencontre le Christ, Voie, Vérité et Vie. 

Soutiens, ô Vierge Marie, notre chemin de foi, et obtiens-nous la grâce du salut éternel. 

O clémente, ô pieuse, ô douce Mère de Dieu et notre Mère. 

[11 :52] J'étais devenu chrétienne à ce moment-là, définitivement.

[12 :12] Il est mort en 2011 et j’ai découvert cette prière en mars 2018 au moment où j'ai pris ma décision. J'avais l'impression qu'il me parlait, qu’il voulait me dire « Tu as raison vas-y ! ».